LE MORS AUX DENTS - Toujours mille raisons de gueuler

by Rusty Knife

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €9 EUR  or more

     

1.
L’esprit Reject Si c’est Tarnos et Boucau qu’on préfère, et si ailleurs on a la haine et la colère, si on se sent si soudés, si solidaires, si c’est notre amitié qui nous rend le plus fier, C’est qu’on a l’esprit Reject, oi! oi! oi!, l’esprit Reject, oi! oi! oi! Et si l’s’medi on s’enfile trois fois plus de bières, et qu’dans les rues on s’prend pour des highlanders, si on mélange les cris de joie aux cris de guerre, si on met le foutoir partout et qu’on espère, C’est qu’on a l’esprit Reject oi! oi! oi!, l’esprit Reject oi! oi! oi! Tant qu’il y aura les Cockney nos frères, la même rage dans notre bled qu’en Angleterre, tant qu’on boira dans le même verre, tant qu’on se sentira si proche des prolétaires, Mes potes et moi on s’quittera jamais, et si j’me fous la gueule en l’air, ce s’ra rien d’autre que l’esprit Cockney Reject.
2.
Le punk est mort Et que reste-t-il de 77 ? Année de frustration et de confusion, on rejetait en force cette société de merde, ses putains de valeurs et son système, Et que reste-t-il de 77 ? Qui allait dans le sens de l’avenir, de provocs nihilistes en violences salvatrices, bousillant ce monde sclérosé, Le punk est mort... Que reste-t-il de cette année libératrice ? Le punk est mort... Et que reste-t-il de 77 ? Année d’une génération perdue, pour qui l’anarchie était la seule issue et pour qui la haine servait de plaidoyer, il ne reste rien en 87, le cri d’la révolte est retombé Londres s’est éteint, Paris ne brûle plus, le mouvement punk n’existe plus, Que reste-t-il de 77 ? Le punk est mort !
3.
Baston urbaine Oi! Oi! Oi! Oi! Oi! Oi! Oi! Oi! Oi! Oi! Oi! Oi! Oi! Oi! Oi! Oi! À tous les rockers (tous), tous les iroquois (tous), à tous les skinheads (tous), les sans foi ni loi (tous dans la rue), à tous les rebelles (tous), tous les contestataires (tous), Le changement vient d’la rue (baston), liberté dans la rue (baston), Retour à la baston urbaine ! Baston urbaine, tous dans la rue.
4.
Dany le rouge De Rio à Varsovie, de Francfort à Berkeley, d’Amsterdam à Paris, ils voulaient, ils voulaient tout changer, Dany et ses alliés voulaient tout transformer, Dany et ses alliés étaient des, étaient des révoltés, Militants anarchistes, militants extrémistes, ouvriers, contestataires, sont tous entrés en guerre, A grands coups de pavés contre la société, Dany et ses alliés étaient des, étaient des révoltés, Les années ont passé, la colère est tombée, z’ont tous largué Dany pour une démocratie, Z’ont prit goût au pouvoir, au formalisme dérisoire, Dany n’a plus d’alliés, mais reste un, mais reste un révolté, Dany, le rouge ! Dany, le rebel ! A D. C. Bendit “nous sommes tous indésirables”
5.
Conquistador Quittant amis, père et mère tu as voulu leur prouver que dans cette immense terre comme eux tu ne seras jamais, Américain... Conquistador... Rempli de haine, d’espoir et d’aventure tu es parti faire fortune, capable de tout pour te prouver que ce continent t’attendait, Américain… Conquistador... Toi qui te fous de la terre entière ton pays n’est qu’une poubelle, tu as tort d’en être fier car son histoire n’est pas très belle, Américain… Conquistador... Depuis la venue des colons tous ces J.R. ces Al Capones ont prit les hommes pour des moutons grace à leur force et leur argent, Mais quand est-ce qu’ils comprendront que dans la vie y’a pas que l’argent, que la compréhension entre les gens serait la meilleure solution.
6.
7.
Quand Pasqua parle de sûreté publique Quand Pasqua parle de sûreté publique c’est le Service d’Action Civique, c’est les gros bras qui jouent aux justiciers, pour nettoyer la République, c’est Gérard Kappe, les services commandés, le soutien du milieu marseillais, la violence et les coups de pétoire pour être élu dans les Haut de Seine, Nous avons 1000 raisons de gueuler et de cracher sur la société mais la raison pour tout casser, c’est quand Pasqua parle de sûreté publique, Pasqua Pasqua ! Est un fumier ! Pasqua Pasqua ! Est une ordure ! Pasqua Pasqua ! Est dangereux ! Pasqua Pasqua ! Faut l’faire sauter ! Pasqua ! Quand Pasqua parle de sûreté publique c’est la bavure d’Fontenay-sous-Bois, l’exécution rue Mogador, pistoleros de métropole, c’est le Far-West à la Bastille, c’est Dodge city aux Invalides, la Weells Fargo en plein Paris, Malik Ousekine qui meurt lynché,
8.
Les skinheads A la mesquinerie, oi! Sales petits bourgeois, la bonne conscience et tous les beaux discours, A l’hypocrisie, oi! Sales petits bourgeois, je préfère la violence pure et sans détours, Des skinheads ! Fils d’ouvriers, et ouvriers eux mêmes, leur univers, c’est l’usine ou le chômage et lorsque vous gueulez “scandale” les poches pleines, je comprends la haine, la violence et la rage, Des skinheads ! Derrière vos fenêtres, vous parlez de misère, bardés de diplômes, vous discutez de crise, mais si vous n’pigez pas le langage prolétaire, ils vous l’expliqueront à coup de Doc Martens, Les skinheads ! Le crâne rasé, les bretelles et le bombers, c’est 200 000 travailleurs qui s’battent pour leurs droits, iIs sont encore les derniers, héros de Zola, le dernier bastion de la révolte populaire ! Les skinheads !
9.
Cro-Magnon Tout ce qu’il a vécu, tout ce qu’il voit fait de l’homme une grosse charogne, il peut vivre, agir sans vergogne, contre les gens qui l’ont blessé (grosse charogne), pour tous les moyens qu’il peut trouver, il essaiera de se venger, Le pardon chez l’homme n’existe pas (grosse charogne), Le prochain coup tu ne m’auras pas (grosse charogne), Il pourrait parfois remarquer qu’avec le temps certains ont bien changé, le pardon pourrait exister, pour ceux qui essaient de le mériter, Tous ces hardos, ces punks qui rêvent croient cependant bouleverser la terre (grosse charogne) avec le temps ils grandiront, et leurs espoirs s’envoleront (grosse charogne), car nous ne sommes que des pions, qui espérons dans l’avenir, contre le jeu d’échec ou nous vivons, il faudra bien un jour agir, L’homme de Cro-Magnon était un con lui au moins avait ses raisons, ne pouvait pas faire autrement s’il voulait vivre longtemps.
10.
Ouvrier prends garde à toi ! Ouvrier, prends garde à toi ! Fais gaffe à tes doigts, Ouvrier, prends garde à toi ! Car ça ne repousse pas... Combien d’outils, combien de machines, à l’arrêt inoffensives, dès que 10 000 tours les font siffler ? Fait gaffe à toi, ça coupe mon gars... Ouvrier, prends garde à toi ! La fatigue, les cadences infernales, font de toi un automate, devant toi, si tu l’oublies, la machine se fout pas mal de toi... Ouvrier, prends garde à toi !
11.
Le plus grand merdier de Biarritz Oi! Sous ses faux airs, de boite de nuit respectable, 1, boulevard Charles De Gaulle, l’Opium accueil sans vergogne le gratin le plus infâme de cette ville cousue d’or admirable La société pourrie, pourrie ! Des mondains décadents Les stars du show-biz trinquent avec la mafia locale Les notables achètent le respect en liasse de 100 000 balles, Et le marquis D’Arcangues d’la coke plein les narines trimballe sa suite immonde de poissons parasites, Le plus grand merdier, c’est le plus grand merdier d’Biarritz ! Ils sont tous bien fringués, pour camoufler leurs turpitudes, et sous des apparences, de femmes du monde, de femmes fatales, Toutes leurs poufiasses de luxe, maquillées comme des perruches, forniquent comme des chiennes (salopes !) pour un p’tit tour d’honneur en jaguar, A 4h du mat’ ils s’paient leur p’tit tapage nocturne, vont faire joujou à la pétanque de l’autre coté d’la rue Et se font fièrement servir le champagne sur un plateau par le garçon de salle, crevé, qui tient à son boulot, Le plus grand merdier, c’est le plus grand merdier d’Biarritz ! Chaque fois qu’une star lamentable, rote, pète ou baille, Chaque fois qu’une pute en robe du soir se met a ricaner, Chaque fois qu’une crapule en tenue correcte lève son verre, Nous on est fier, de rester prolétaire ! Le plus grand merdier, c’est le plus grand merdier d’Biarritz !
12.
PARÉ POUR LA REBELLION Le représentant du peuple s’est changé en roi, caché désormais derrière ses flics et ses lois, la plèbe française n’a qu’une (...) tremble et se terre, t’attends la fin du mois, Parés ! prêts pour la rébellion ! Occupation des usines, prises de force aux patrons, destruction de leurs biens pour effrayer les riches, le feu à l’Elysée, des bombes à Matignon, nettoyage radical de l’administration, Parés ! prêts pour la rébellion ! Trouves toi un fusil et sois prêt à tirer, à tuer ton ennemi caché dans son palais, que les villes de France soient à feu et à sang, sois prêt à détruire tout ce qui peut te faire chier, Parés ! prêts pour la rébellion !
13.
Beyrouth ouest Les nuits sont rouges depuis longtemps, du côté d’Beyrouth ouest, les rues sont à feu et à sang, du côté d’Beyrouth ouest, le vent chaud a banni le temps, du côté d’Beyrouth ouest, les carcasses de voitures piégées sont autant d’Ammonites figées, C’est très facile de vivre ici, du côté d’Beyrouth ouest, si t’attends de servir le whisky, du côté d’Beyrouth ouest, si un bruit sourd déchire ta nuit, du côté d’Beyrouth ouest, rendors toi tranquillement, ce ne sont que des bombardements, Les fusils criblent les condamnés, du côté d’Beyrouth ouest, les ruines abritent les Libanais, du côté d’Beyrouth ouest, tu sais faudra t’habituer, du côté d’Beyrouth ouest, les gosses qui dansent sur le béton sont les cibles des tirs des canons,
14.
TERRORISME PERMANENT Non l’Espagne n’est pas une jeune démocratie car sa police est la plus sale d’Europe, les flics de ce pays ne sont que des nazis, ne sont que des salopes, une trentaine de stukas ont rasé Guernica et à Madrid on gueulait Heil Hitler, les franquistes sont devenus national-socialistes à la gloire du Führer ! Qui interroge à la “rentre dedans” ? qui frappe à coups de lattes un p’tit pare-terre ? Qui torture qui tue et qui fait taire ? Qui institue le terrorisme permanent ? Nous on se fout de l’Espagne et de son industrie minière, nous on se fout de belles vacances à la costa brava, nous on se fou d’Dali des corridas et d’Picasso, nous on veut que l’Europe entière lui ferme ses frontières, Brigadas operativas, direccion general de seguridad, Felipe Gonzales peut vivre rassuré, Le Général et le Führer reposent en paix et enlacés, mais leurs émules sont plus nombreuses que jamais ! Nous on se fout de l’Espagne et de son industrie minière, nous on se fout de belles vacances à la costa brava, nous on se fout d’Dali de Picasso des corridas, nous on veut que toute la CEE lui barre ses frontières ! L’Espagne hors du marché commun !
15.
AUX ARMES ! Attention peuple Français, il est temps d’nous réveiller, combattons le poing levé, pour l’égalité qui n’a jamais existée, Méfions nous des grands bourgeois, il faut tous les virer de là, Moi j’voudrais, c’est la faim, pas un petit plat à partager, Liberté, égalité, volées par nos exploiteurs ! Refusons la grande armée, elle veut tous nous engager, j’veux pas crever pour leurs idées, mais je veux rester en paix, Liberté, égalité mais aussi fraternité sont les grands mots des grands héros, ils ont tous finis au tombeau, Car c’est sûr, un jour viendra, le peuple Français se soulevera, contre cette (...), ils ne pourront rien faire, Liberté, égalité mais aussi fraternité sont les trois mots des grands héros, ils ont tous finis au tombeau,
16.
ROCK ! Rock dans ma tête, rock dans ma vie, Déjà quand j‘étais petit Guy Lux f’sait ses émissions, Cloclo ça me faisait gerber, c’est du rock, que j’avais envie, De tous ces funkys pourris, de tous ces reggaes longuets, de tous ceux qui disent qu’on fait du bruit, jamais je ne te remplacerais ! Rock avec mes copains, rock, Avec leurs clous, leurs blousons, leurs bretelles et leurs rangeos, le crâne rasé, les cheveux longs, c’est pour dire, que les jeunes se font chier ! Pourtant on est comme tout le monde, on va bosser, on va pointer, on mange, on boit même on dort mais nous ne serons jamais d’accord avec ces cons qui ne nous respectent pas, Pourtant nous tous nous avons la musique pour gueuler, pour dire ce que l’on pense car nous ne serons jamais d’accord, Mais nous nous aurons la musique pour gueuler, pour dire ce que l’on pense car nous ne serons jamais d’accord,
17.
18.
19.
20.
L’esprit Reject Si c’est Tarnos et Boucau qu’on préfère, et si ailleurs on a la haine et la colère, si on se sent si soudés, si solidaires, si c’est notre amitié qui nous rend le plus fier, C’est qu’on a l’esprit Reject, oi! oi! oi!, l’esprit Reject, oi! oi! oi! Et si l’s’medi on s’enfile trois fois plus de bières, et qu’dans les rues on s’prend pour des highlanders, si on mélange les cris de joie aux cris de guerre, si on met le foutoir partout et qu’on espère, C’est qu’on a l’esprit Reject oi! oi! oi!, l’esprit Reject oi! oi! oi! Tant qu’il y aura les Cockney nos frères, la même rage dans notre bled qu’en Angleterre, tant qu’on boira dans le même verre, tant qu’on se sentira si proche des prolétaires, Mes potes et moi on s’quittera jamais, et si j’me fous la gueule en l’air, ce s’ra rien d’autre que l’esprit Cockney Reject.
21.
Les laisserons-nous continuer ? Oi! Oi! Punks, Oi! Oi! Skinheads (bis) Les laiss’rons nous continuer A nous berner, à nous mentir, A nous léser sans réagir ? Sans réagir ? Les laiss’rons nous continuer A tremper dans tout’ les combines Combien de temps admettrons-nous L’avenir noir qu’ils nous destinent ? Oi! Oi! Punks, Oi! Oi! Skinheads, (bis) Faut montrer à nos gouvernants Qu’nous refusons l’état des choses Et qu’tous ensemble nous sommes une force, une force ! Et qu’nous sommes prêts à nous rallier Pour briser leur monopole Pour renverser Maggie Thatcher Mitterrand, Chirac et Khôl, Contre les riches et les bourgeois Contre leurs pouvoirs et leurs droits Pour la justice populaire Et la victoire des prolétaires Pour les usines de Manchester Et les métallos de Valencienne Pour les chantiers de Liverpool Et les mineurs de la lorraine Karl Marx a dit “prolétaires de tous pays unissez-vous” (bis) Oi! Oi! Unissons-nous ! Oi! Oi! Punks, Oi! Oi! Skinheads (bis) Les laiss’rons nous mélanger fric Magouille et politique, Et se sucrer sur notre dos ? Sur notre dos ! Laisserons-nous toutes ces vermines Monter leurs multinationales ? En écrasant les p’tites usines Au profit du grand capital ? Oi! Oi! Punks, Oi! Oi! Skinheads, (bis) Faut montrer à nos gouvernants Qu’nous refusons l’état des choses Et qu’tous ensemble nous sommes une force, une force ! Et qu’nous sommes prêts à nous rallier Pour briser leur monopole Pour renverser Maggie Thatcher Mitterrand, Chirac et Khôl, Contre le chômage et la misère Et les licenciements arbitraires Pour faire tomber les milliardaires Pour l’égalité des salaires Pour les ouvriers de Dortmund Et les travailleurs de la Ruhr Pour Düsseldorf, Sochaux et Leeds Glasgow et Boulogne Billancourt Karl Marx a dit “prolétaires de tous pays unissez-vous” (bis) Oi! Oi! Unissons-nous !
22.
Conquistador Quittant amis, père et mère tu as voulu leur prouver que dans cette immense terre comme eux tu ne seras jamais, Américain... Conquistador... Rempli de haine, d’espoir et d’aventure tu es parti faire fortune, capable de tout pour te prouver que ce continent t’attendait, Américain… Conquistador... Toi qui te fous de la terre entière ton pays n’est qu’une poubelle, tu as tort d’en être fier car son histoire n’est pas très belle, Américain… Conquistador... Depuis la venue des colons tous ces J.R. ces Al Capones ont prit les hommes pour des moutons grace à leur force et leur argent, Mais quand est-ce qu’ils comprendront que dans la vie y’a pas que l’argent, que la compréhension entre les gens serait la meilleure solution.
23.
Regarde Regarde ces miradors au Salvador, Regarde ces chars d’assaut à Santiago, Regarde tous ces soldats à Sao-Paulo, Regarde ! Et cesse de passer ton temps, A astiquer ta voiture, A tondre ton gazon, Entretenir ta maison, Et cesse de passer ton temps à dire, Que la vie est dure, la vie est dure... Regarde ces barbelés au Paraguay, Regarde les folles de mai de Buenos-Aires, Regarde ces mengeles en Uruguay, regarde ! Et cesse de passer ton temps, A soigner ton allure, A acheter des actions, Bouffer du Don Pérignon Et cesse de passer ton temps à dire, Que la vie est dure, la vie est dure... Regarde ces uniformes au Nicaragua, Regarde ces mitrailleuses au Costa Rica, Regarde ces no man’s land au Guatemala, regarde ! Et cesse de passer ton temps, A dire que l’avenir n’est pas sûr, Pendant que les autres vivent l’enfer, Toi tu fais les antiquaires, Et cesse de passer ton temps, A dire que la vie est dure, Ta vie d’ordure.
24.
La fourragère noire Hep toi, qui va la ? D’ou viens-tu ? Qui es-tu ? Hep toi, qui va la ? Réponds ou j’te tire dessus ! Hep toi, qui va la ? Hep toi, qui va la ? Fallait me dire pourquoi, Pourquoi tu passais par là. Tu étais peut-être sympa, Mais comment aurais-tu pu savoir ? Que de ta bouche jamais jamais Un son na pu s’en échapper, Maintenant tu es mort Mon dieu que c’est con Ces mots dans ma tête sont gravés, Je crois pas qu’un jour j’les oublierai J’ai fauté je dois payer Dans mes cauchemars je pense encore Que cette nuit là j’ai eu tort Mais comment aurais-je pu savoir Que de sa bouche jamais un son... Fourragère !
25.
Les skinheads A la mesquinerie, oi! Sales petits bourgeois, la bonne conscience et tous les beaux discours, A l’hypocrisie, oi! Sales petits bourgeois, je préfère la violence pure et sans détours, Des skinheads ! Fils d’ouvriers, et ouvriers eux mêmes, leur univers, c’est l’usine ou le chômage et lorsque vous gueulez “scandale” les poches pleines, je comprends la haine, la violence et la rage, Des skinheads ! Derrière vos fenêtres, vous parlez de misère, bardés de diplômes, vous discutez de crise, mais si vous n’pigez pas le langage prolétaire, ils vous l’expliqueront à coup de Doc Martens, Les skinheads ! Le crâne rasé, les bretelles et le bombers, c’est 200 000 travailleurs qui s’battent pour leurs droits, iIs sont encore les derniers, héros de Zola, le dernier bastion de la révolte populaire ! Les skinheads !
26.
Cro-Magnon Tout ce qu’il a vécu, tout ce qu’il voit fait de l’homme une grosse charogne, il peut vivre, agir sans vergogne, contre les gens qui l’ont blessé (grosse charogne), pour tous les moyens qu’il peut trouver, il essaiera de se venger, Le pardon chez l’homme n’existe pas (grosse charogne), Le prochain coup tu ne m’auras pas (grosse charogne), Il pourrait parfois remarquer qu’avec le temps certains ont bien changé, le pardon pourrait exister, pour ceux qui essaient de le mériter, Tous ces hardos, ces punks qui rêvent croient cependant bouleverser la terre (grosse charogne) avec le temps ils grandiront, et leurs espoirs s’envoleront (grosse charogne), car nous ne sommes que des pions, qui espérons dans l’avenir, contre le jeu d’échec ou nous vivons, il faudra bien un jour agir, L’homme de Cro-Magnon était un con lui au moins avait ses raisons, ne pouvait pas faire autrement s’il voulait vivre longtemps.
27.
Mort à l’impérialisme Travailleurs, ouvriers, pour tout et toujours l’impérialisme c’est l’ennemi La bourgeoisie écrase le camp des prolétaires Les dirigeants des entreprises de pointe et leurs réformes industrielles, Les organisations patronales et leurs expansions nationales, On n’en veut pas ! Pour une société plus juste ! On n’en veut pas ! Pour un changement radical ! On n’en veut pas ! On n’en veut pas ! Impérialisme du pouvoir, de l’argent et de toutes les injustices, Impérialisme qui met les pays faibles sous sa dépendance politique, Impérialisme qui met les pays pauvres sous sa dépendance économique, On chie dessus ! Pour une société plus juste ! On chie dessus ! Pour un changement radical ! On chie dessus ! Caractère universel du modèle impérialiste américain De part sa mise en place, de part ses faits, de part sa consolidation, France, Italie, RDA, l’édifice construit se fout des mentalités des peuples, Agents US de l’impérialisme en Europe, La guérilla s’en chargera La guérilla s’en chargera ! Pour une société plus juste ! La guérilla s’en chargera ! Pour un changement radical ! Mort à l’impérialisme !
28.
Le plus grand merdier de Biarritz Oi! Sous ses faux airs, de boite de nuit respectable, 1, boulevard Charles De Gaulle, l’Opium accueil sans vergogne le gratin le plus infâme de cette ville cousue d’or admirable La société pourrie, pourrie ! Des mondains décadents Les stars du show-biz trinquent avec la mafia locale Les notables achètent le respect en liasse de 100 000 balles, Et le marquis D’Arcangues d’la coke plein les narines trimballe sa suite immonde de poissons parasites, Le plus grand merdier, c’est le plus grand merdier d’Biarritz ! Ils sont tous bien fringués, pour camoufler leurs turpitudes, et sous des apparences, de femmes du monde, de femmes fatales, Toutes leurs poufiasses de luxe, maquillées comme des perruches, forniquent comme des chiennes (salopes !) pour un p’tit tour d’honneur en jaguar, A 4h du mat’ ils s’paient leur p’tit tapage nocturne, vont faire joujou à la pétanque de l’autre coté d’la rue Et se font fièrement servir le champagne sur un plateau par le garçon de salle, crevé, qui tient à son boulot, Le plus grand merdier, c’est le plus grand merdier d’Biarritz ! Chaque fois qu’une star lamentable, rote, pète ou baille, Chaque fois qu’une pute en robe du soir se met a ricaner, Chaque fois qu’une crapule en tenue correcte lève son verre, Nous on est fier, de rester prolétaire ! Le plus grand merdier, c’est le plus grand merdier d’Biarritz !
29.

credits

released December 22, 2020

license

all rights reserved

tags

about

Rusty Knife Agen, France

Rusty Knife is a label based in west of France, and operating in the antifascist punk – oi! – ska scene, since 2008.

Our label is 100% diy and no profit.

We have hundreds of discs for sale coming from across the planet, go and have a look in our shop (rustyknife.kingeshop.com).

If you have a group, or are a label and you want to be distributed in our distro, do not hesitate to contact us.
... more

contact / help

Contact Rusty Knife

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like Rusty Knife, you may also like: